Décadence et conversion : le moment catholique

À propos de Jean-Luc Marion et de sa Brève apologie pour un moment catholique (Grasset). Comment la sortie de la décadence française est entre les mains des catholiques.

CE N’EST PAS DE CRISE qu’il faut qualifier le marasme où s’enlise la société française mais de décadence, dit Jean-Luc Marion. Car tel est le nom d’une crise qui, par manque de résolution, de volonté donc, ne trouve pas de solution. Or en analysant les termes de cette décadence, il apparaît que la clé de la décision de « sortie de crise » est entre les mains des catholiques. Et quels sont donc ces termes ? Continuer la lecture de « Décadence et conversion : le moment catholique »

Blaise Pascal aux officiers, de la gloire et de la guerre

Sachant que l’âme de Blaise Pascal errait aux alentours de Port-Royal au moment de la Toussaint… et du 11 novembre, la Gloire la pria de lui accorder un entretien. Elle vient d’envoyer les minutes de cette conversation à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr. Message aux élèves officiers.

LA GLOIRE : Je vous couronnais jadis, vous trouvant grand philosophe…

BLAISE PASCAL : Se moquer de la philosophie, c’est vraiment philosopher.

La Gloire : Ces mots ravissent mon esprit militaire et seraient très appréciés par mes soldats. Pensez-vous qu’ils soient les grands incompris de ce siècle ?

Blaise Pascal : En parlant des soldats, ils sont bien fous, dit‑on. Et les autres au contraire : il n’y a rien de grand que la guerre, le reste des hommes sont des coquins. Continuer la lecture de « Blaise Pascal aux officiers, de la gloire et de la guerre »

Le jésuite français n’a peur de rien

Les saints patrons secondaires du Canada sont des jésuites français. Leur martyre mérite d’être connu jusque dans les détails. Accrochez-vous.

LES JESUITES, on aime ou on n’aime pas, mais il est difficile de les trouver insignifiants. S’il y a bien un jésuite qui dérange en ce moment, n’est-ce pas le pape lui-même ? Aujourd’hui, l’Eglise fête les saints martyrs patrons secondaires du Canada qui étaient en fait des jésuites français : Jean de Brébeuf, Isaac Jogues, Gabriel Lalemant, Charles Garnier, Antoine Daniel, Noël Chabanel, René Goupil, Jean de La Lande, tous canonisés en 1930.

Le récit du martyre de nos jésuites glace le sang, mais il mérite d’être lu jusqu’au bout. Les détails de l’histoire ne sont pas neutres. Continuer la lecture de « Le jésuite français n’a peur de rien »

Le défi conservateur : pas si simple

Trahie par la gauche, déçue par la droite, la France s’est livrée sans résistance au libéralisme macronien. Réputés conservateurs, les Français sont profondément imprégnés par un relativisme de gauche qui est le principal obstacle au retour de la droite au pouvoir. Le retour conservateur ? Pas si simple.

LA GRANDE VERTU de l’élection d’Emmanuel Macron est d’avoir montré que la France ne croyait plus dans la gauche, mais qu’elle n’espérait plus non plus dans la droite. Elle s’est livrée par dépit à la synthèse des deux : le « syncrétisme conciliant » macronien (le concept est du cardinal Bergoglio), un bonapartisme libertaire qui n’enthousiasme personne. Si donc une alternative est possible, c’est au prix d’un changement radical de la droite et de la gauche. Continuer la lecture de « Le défi conservateur : pas si simple »

Carnet de voyage : « En flânant à travers Téhéran »

Impressions de voyage de l’auteur à Téhéran. Thomas Flichy de La Neuville a publié L’Iran au-delà de l’islamisme (L’Aube, 2013) et dirigé avec Antoine de Prémonville Géopolitique de l’Iran (PUF, 2015).

JE FUS SAISI à ma descente d’avion par cette espèce d’odeur un peu âcre qui me rappelait que j’avais retrouvé Téhéran la miséreuse et son haleine pétrolière. Le temps d’attendre une heure en compagnie d’un acheteur de tapis italien et d’un allemand en mission interlope, je me frayai un chemin dans la rue, égayé par le concert étrange des imperceptibles coups de klaxon qui accompagne le flot anarchique des voitures. L’on circule bien la nuit sous les banderoles à la gloire du régime et il me fallut attendre la chaleur du jour suivant pour examiner la façon dont la ville avait changé. Continuer la lecture de « Carnet de voyage : « En flânant à travers Téhéran » »

Le cardinal de Retz, mots d’esprit pour temps de troubles

A lire ou relire, quelques traits extraordinairement lucides sur la métamorphose d’un État en temps de guerre civile.

JEAN-FRANçOIS DE GONDI se savait trop léger pour prétendre s’emparer du pouvoir. Cet agitateur professionnel nous a pourtant légué, au fil de ses Mémoires, quelques traits extraordinairement lucides sur la métamorphose de l’État en temps de guerre civile. Continuer la lecture de « Le cardinal de Retz, mots d’esprit pour temps de troubles »

Ce que dit la cravate au député sans cravate

« À quoi peut donc servir une cravate ? » s’interroge Philippe Bénéton dans le “Dérèglement moral de l’Occident” (Cerf). Professeur de science politique, l’auteur scrute le sens de « ce morceau d’étoffe de forme bizarre » porté encore par certains enseignants à la Faculté. « Ce bout d’étoffe est plus qu’un bout d’étoffe, dit-il, il est chargé de sens. » Il y a un langage des formes, et ce langage s’applique partout. Remplacez “professeur” par “député”, ”université” par ”parlement”, “étudiants” par “citoyens” : cela fonctionne parfaitement. Le professeur cravaté dit par là qu’il se prend pour un professeur ; le parlementaire sans cravate dit par là qu’il ne se prend pas pour un parlementaire.

« BOUTONNER ou déboutonner son col, telle est la question. D’un point de vue strictement utilitaire, la question est futile. Dans la pratique, l’enseignement n’implique aucune tenue particulière, il consiste à parler. On peut tout aussi bien parler en sandales ou en chaussures, en kilt ou en pantalon, avec une lavallière ou le col ouvert. Qu’importe si l’utilité commande. Continuer la lecture de « Ce que dit la cravate au député sans cravate »

Applaudissez : Auguste Macron entre en scène

Auguste ? Un caméléon changeant de couleur, tour à tour pâle, rouge, noir, et puis après charmant comme Vénus (Julien l’Apostat). Pendant que la tyrannie se fortifiait, on ne parlait que de liberté (Montesquieu).

PLAUDITE, acta est fabula. « Applaudissez, la pièce est jouée. » Tels auraient été les derniers mots prononcés par l’empereur Auguste avant de succomber à une figue empoisonnée. Cet homme énigmatique qui avait pris un soin jaloux à ne jamais définir le régime nouveau qu’il instaurait fut décrit a posteriori par Julien l’Apostat comme un « caméléon changeant de couleur, tour à tour pâle, rouge, noir, et puis après charmant comme Vénus ». Continuer la lecture de « Applaudissez : Auguste Macron entre en scène »

Crèches culturelles et crèches incultes

Le Conseil d’État a autorisé, mercredi 9 novembre, l’installation de crèches de Noël dans les bâtiments publics, à des conditions alambiquées. Pour avoir droit de cité, une crèche doit être culturelle, laïque et sans histoire (sainte).

LE CONSEIL D’ETAT juge que l’installation temporaire d’une crèche à l’initiative d’une personne publique, dans un emplacement public, est légale si elle présente un « caractère culturel, artistique ou festif, mais non si elle exprime la reconnaissance d’un culte ou une préférence religieuse ». Continuer la lecture de « Crèches culturelles et crèches incultes »

Refonder la politique sur la culture

A propos de Charles Beigbeder et Benoît Dumoulin, Charnellement de France (P.-G. de Roux).

COMME IL EST RAFRAICHISSANT de lire un homme politique qui parle de la France comme une réalité charnelle, une personne, une histoire, un patrimoine, et non comme une « idée ». Il est vrai que Charles Beigbeder est d’abord un chef d’entreprise, un créateur. Pour lui, la France ce n’est pas un concept et ce n’est pas l’État, même si l’État dans son acception française a joué un rôle inédit dans la constitution de l’identité nationale. Continuer la lecture de « Refonder la politique sur la culture »