Présidentielle 2022 : l’enjeu
du troisième tour

Interrogé par l’attraction du vote Zemmour qui réunit 15% d’intentions de vote chez les catholiques pratiquants réguliers (VP : 26% ; EM : 21% ; MLP : 15% ; JLM : 7%), je livre quelques réflexions personnelles sur le positionnement politique du fondateur du parti Reconquête et sur le véritable enjeu du scrutin pour dégager un critère de vote. En préalable, je rappelle quelques principes politiques pour guider, de mon point de vue, un vote catholique.


IL Y A DEUX MANIERES DE VOTER : de manière subjective, en se faisant plaisir, ou de manière objective, pour le bien commun. Le vote ne décide pas du bien et du mal, et voter seulement pour exprimer une opinion, une humeur ou un désir peut avoir des effets contraires à son bien politique, indissociable du bien commun.

Continuer la lecture de « Présidentielle 2022 : l’enjeu
du troisième tour »

« Un catholique ne peut idolâtrer
ni diaboliser un candidat
ou une politique »

Interrogé par Politique magazine, je donne mon point de vue sur quelques enjeux de l’élection présidentielle 2022 et sur le vote catholique. 


IL N’Y A PAS DE VOTE CATHOLIQUE EVIDENT ni obligatoire. L’examen des programmes, la personnalité des candidats, l’enseignement de l’Église, la volonté de dégager le bien commun, autant de facteurs à prendre en compte qui empêchent de donner un mot d’ordre évident — sinon la nécessité de réfléchir et de s’engager. Pour Philippe de Saint-Germain, « un catholique ne peut idolâtrer ni diaboliser un candidat ou une politique ».

Continuer la lecture de « « Un catholique ne peut idolâtrer
ni diaboliser un candidat
ou une politique » »

Un roman chouan

Lecture d’un roman de coeur écrit dans le Bessin de mes racines.

DE LA TENDRESSE pour ce roman de l’ami Gabriel Privat publié cet été chez Téqui, en raison de son titre qui porte le nom de mon village natal, Sommervieu, dans le Bessin normand où je replonge dès que la vie parisienne me libère. Le Portrait de Martin Sommervieu raconte l’histoire de deux Martin Sommervieu, l’aïeul et son descendant que le hasard ou la Providence réunit mystérieusement. L’un est un chouan normand. L’autre, un banquier parisien contemporain.

Continuer la lecture de « Un roman chouan »

Voici comment Benoît XVI se prépare à la mort

Comment Benoît XVI voit-il l’au-delà, lui qui affirme se préparer à la mort ? « Je prierai Dieu d’être indulgent avec ma misère », déclarait en 2016 le pape émérite dans “Dernières conversations”, un livre d’entretiens avec le journaliste allemand Peter Seewald.

LE PAPE ÉMÉRITE BENOIT XVI est-il vraiment en fin de vie ? Cette question revient régulièrement dans l’actualité, alors qu’il est récemment apparu quelque peu affaibli sur des photos. Une chose est sûre : il se prépare à mourir, comme il l’a lui-même affirmé dans le livre Dernières conversations, paru en 2016 (Fayard). Cet ouvrage est un condensé d’entretiens réalisés entre 2012 et 2016 avec son ami Peter Seewald, journaliste allemand. Dans le premier chapitre du livre – « Jours tranquilles à Mater Ecclesiæ » –, Peter Seewald interroge le pape émérite sur sa vie monastique « dans l’enclos de Pierre », et notamment sur ses activités quotidiennes. Il aborde notamment la passion de Benoît XVI pour l’écriture et la prédication. Puis, il l’interroge : « Est-ce que même un pape émérite a peur de la mort ? »

Continuer la lecture de « Voici comment Benoît XVI se prépare à la mort »

Rémi Brague : « Les lois de la République font-elles le poids face à la Loi divine ? »

Interrogé pour Aleteia, l’académicien Rémi Brague fait part de ses doutes sur la pertinence du projet de loi attendu contre « les séparatismes ». En voulant éviter l’amalgame entre islam et islamiste radical, le gouvernement pratique l’amalgame entre toutes les religions.

EMMANUEL MACRON définira le 2 octobre sa stratégie contre les « séparatismes » dans la République, avant la présentation d’un projet de loi à l’automne, annoncé comme une des priorités de la fin du quinquennat. En visant « les séparatismes », le gouvernement cible plus large que l’islamisme radical, pour éviter d’être accusé de viser la seule communauté musulmane, mais en prenant le risque de stigmatiser toute expression religieuse ou morale non conforme au « pacte républicain ». Dans cette perspective, les lois de la République doivent s’imposer comme des lois supérieures à celles de la conscience, ce qui n’a rien d’évident, souligne Rémi Brague.

Continuer la lecture de « Rémi Brague : « Les lois de la République font-elles le poids face à la Loi divine ? » »

« N’ayez pas peur ! » Appel à une société subsidiaire 

La crise sanitaire a montré les limites d’un État omnipotent, gouvernant par la crainte, sous la tutelle des experts. Contraint de se « réinventer », l’État tourne en rond. Quand le Premier ministre appelle l’administration à « écouter les territoires », il demeure dans le logiciel contrôleur de l’État gestionnaire. La France ne retrouvera l’espérance que dans une société réellement subsidiaire, bâtie sur la confiance.

LA GESTION DE LA CRISE SANITAIRE a beaucoup parlé. Dans un chaos incertain, on a vu le fossé se creuser entre les tâtonnements d’une autorité publique centralisée et la mobilisation périlleuse des citoyens pour assumer les nécessités du quotidien et faire vivre le pays. En voulant se faire acteur de toutes les situations, l’État a montré les limites d’un pouvoir en première ligne qui reçoit de plein fouet les inquiétudes et les souffrances de chacun.

Continuer la lecture de « « N’ayez pas peur ! » Appel à une société subsidiaire  »

Birthe Lejeune a achevé sa course

En hommage à l’infatigable épouse du professeur Jérôme Lejeune, retournée à Dieu ce 6 mai 2020 à l’âge de 92 ans, quelques souvenirs.

COMME MEMBRE de l’Association des amis de Jérôme Lejeune, et comme consultant associé aux travaux de la Fondation, je rencontrais parfois « Madame Lejeune ». À la vérité, elle s’y rendait chaque jour ou presque. La mission qu’elle se donnait : remercier personnellement tous les donateurs à l’oeuvre de la Fondation au service des chers petits trisomiques de son mari. « La grande famille. »

Continuer la lecture de « Birthe Lejeune a achevé sa course »

Le droit à la liberté religieuse est la base de tous les droits

Le respect de la liberté religieuse est le plus exact indicateur du respect de tous les autres droits humains. La reconnaissance de la messe est ainsi un test pour l’observance des libertés fondamentales.

LES EVEQUES DE FRANCE ont été finalement un peu entendus, mais si peu. « Le gouvernement est prêt à étudier la possibilité que les offices religieux puissent reprendre à partir du 29 mai », a annoncé Édouard Philippe ce 4 mai en présentant le plan de déconfinement du gouvernement au Sénat. Les évêques avaient d’abord pensé qu’un retour aux messes publiques serait possible autour du 17 mai, voire le 21 mai, jour de l’Ascension. Ils devront se contenter d’une hypothétique reprise des messes publiques pour la fête de la Pentecôte.

Continuer la lecture de « Le droit à la liberté religieuse est la base de tous les droits »

Au père André Manaranche sj, RS pour l’éternité (+2020)

Quelques souvenirs, en témoignage de gratitude et de filiale affection pour le prêtre, le théologien et le routier scout, retourné à la Maison du Père le 12 avril 2020 à l’âge de 93 ans.

C’ETAIT UN PRETRE EXTRAORDINAIRE, totalement investi dans l’intelligence de la foi, avec la pauvreté du religieux sur la Route, dans la joie de l’Évangile et l’amour de l’Église. Je l’ai souvent rencontré comme « père spi » : nous nous retrouvions rue de Grenelle, après la messe de midi, et le déjeuner à la cantine des pères, où j’assistais aux disputatio de haute volée entre théologiens en désaccords très cordiaux, comme avec le P. Martelet ou le P. Madelin, qui lui aussi vient de retourner au Père.

Continuer la lecture de « Au père André Manaranche sj, RS pour l’éternité (+2020) »

Les chrétiens doivent-ils rester les bras croisés ?

Dans un dossier sur les catholiques et la révolution, Famille chrétienne m’interroge sur le sens de l’action des chrétiens dans le monde. « Jésus a dit : “Mon Royaume n’est pas de ce monde.” Les chrétiens doivent-ils rester les bras croisés ? »


LA RÉPONSE À CETTE QUESTION est donnée par Jésus lui-même, que l’on trouve dans l’Évangile de Jean. Les chrétiens sont ceux que Jésus appelle « les hommes que son Père a pris au monde » pour les lui donner (Jn 17, 6). Ces hommes n’appartiennent plus au monde (Jn 17, 16) mais demeurent dans le monde (Jn 17, 11). Or Jésus ne prie pas son Père pour qu’ils attendent le Ciel comme s’ils devaient vivre dans une bulle provisoire : « Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais » (Jn 17, 15).

Continuer la lecture de « Les chrétiens doivent-ils rester les bras croisés ? »