François Fillon, la paille, la poutre et le bien commun

L’honneur d’un homme d’État défaillant est jeté sur la place publique. Est-ce bien raisonnable ? La France s’en sortira-t-elle mieux ? Un homme public se juge sur ses actes publics.

FRANÇOIS FILLON n’est pas parfait, c’est le scoop du mois. En deux mots, l’ancien parlementaire aurait pu conserver ses indemnités pour lui, il les reverse à sa famille. Le procédé n’est pas glorieux, certes, mais cela suffit-il à juger l’homme ? Continuer la lecture de « François Fillon, la paille, la poutre et le bien commun »

La subjectivité de la foi dans la Lettre aux Hébreux : fâcheuses traductions liturgiques

Une commission a été constituée au sein de la Congrégation pour le culte divin en vue de lever les blocages sur les traductions liturgiques (cf. La Croix, 19/01/17). Depuis Jean Paul II, Rome souhaite revenir à une traduction plus littérale des textes latins, mais les épiscopats locaux font de la résistance. Est-ce grave docteur ? Dans certains cas, oui. L’actualité liturgique nous montre par exemple comment la définition de la foi lue dans la Lettre aux Hébreux est interprétée de manière protestante en Allemagne. En France, ce n’est guère mieux. Une difficulté pointée par Benoît XVI dans Spe salvi que je me risque à reprendre, avec l’humilité du néophyte.

LES TRADUCTIONS des textes liturgiques (le missel) et de la Parole de Dieu donnent toujours lieu à des débats sans fin qui peuvent paraître artificiels ou secondaires. Ce n’est pas si sûr. Ce samedi 28 janvier, l’Église fêtait saint Thomas d’Aquin, le docteur angélique, et proposait comme lecture du jour le chapitre 11 de la Lettre aux Hébreux. Pertinente proposition, puisque saint Paul y parle de la foi, dans une formule lapidaire qui tient lieu de référence centrale pour parler de la première des vertus théologales. Par l’Apôtre, nous savons que la foi est « la substance des réalités que l’on espère ». Pourtant, ce n’est pas vraiment ainsi que la traduction liturgique en parle, au moins en français, mais pas seulement. Continuer la lecture de « La subjectivité de la foi dans la Lettre aux Hébreux : fâcheuses traductions liturgiques »

Géopolitique : les États-Unis sur le chemin de la conversion au réalisme

A propos du rapport « Tendances mondiales 2035 » du Conseil national du renseignement américain : « Le paradoxe du progrès ».

LE NATIONAL INTELLIGENCE COUNCIL vient de publier son nouveau rapport de prospective pour 2035. Prenant le contrepied du précédent — dont les prévisions s’étaient révélées à l’opposé de ce qu’il advint — ce dernier s’est plié à un soupçon d’exigence et par conséquent de réalisme. Il est intitulé Paradox of Progress. Continuer la lecture de « Géopolitique : les États-Unis sur le chemin de la conversion au réalisme »

« Je suis chrétien »

« Je suis chrétien. » Il n’en faut pas plus pour déclencher une fatwa avec ce genre de propos iconoclaste chez un homme politique dans la France d’aujourd’hui. Évidemment, François Fillon, l’auteur du scandale, avait préparé son coup. Le calcul est de sa part audacieux, dans un contexte hyper laïciste. Mais en quoi est-il illégitime ?

TOUT CHRETIEN est fondé à revendiquer son droit de servir le bien commun en tant que chrétien. Mais les décisions qui peuvent être les siennes dans l’exercice de ses responsabilités, qu’il soit élu ou électeur, relèvent de son propre jugement et de sa raison. L’engagement politique du chrétien n’est pas un engagement confessionnel : il n’engage pas l’Église. Il se doit seulement d’être cohérent avec sa conscience, et en l’occurrence, puisqu’il est chrétien, avec les principes dont l’Église reconnaît qu’ils sont les fondements d’une société libre et digne de l’homme. Continuer la lecture de « « Je suis chrétien » »

Retrouver le sens du politique

À propos du document épiscopal « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». Les évêques appellent à repenser le contrat social. Cette logique du contrat suffit-elle à résoudre une crise de société ? Il ne peut y avoir de juste compromis sans référence à des principes non-négociables.

cef-politiqueC’EST UN RITUEL. Avant chaque grande échéance électorale, les évêques de France invitent les catholiques à réfléchir à leur responsabilité politique. Par leur propre réflexion, ils appellent aussi les Français à prendre du recul sur l’actualité pour se poser les questions qu’ils pourraient ne pas se poser… Continuer la lecture de « Retrouver le sens du politique »

Les généraux de Trump, confesseurs du Président et gardiens de la cité

Trois grands professionnels pour conseiller le nouveau président américain : une même expérience, mais des écoles différentes.

DONALD TRUMP a désormais nommé trois généraux afin d’occuper les plus hautes fonctions de l’État américain : Michael Flynn sera Conseiller à la Sécurité nationale, James Mattis, secrétaire à la Défense, et John Kelly, secrétaire à la Sécurité intérieure. Cette militarisation de la haute administration ne doit pas nous étonner. Elle est inhérente aux temps de renaissance consécutifs à une crise impériale très grave. Continuer la lecture de « Les généraux de Trump, confesseurs du Président et gardiens de la cité »

Ecologie : des papes antimodernes

A propos de Thomas Michelet op, Les Papes et l’Ecologie (Artège).

POUR DECOUVRIR la pensée de l’Église sur l’écologie, ce livre du dominicain Thomas Michelet fera référence. Depuis cinquante ans, les papes parlent d’écologie. En 1970, Paul VI craint déjà une « catastrophe écologique », et l’inventeur de « l’écologie humaine » est assurément saint Jean Paul II, même si le peuple de Dieu est écologique depuis… la Genèse. Le Fr. Thomas Michelet a choisi comme ouverture de son recueil la constitution Gaudium et Spes de Vatican II, qui n’est pas un texte pontifical au sens strict, mais bien un « point de départ » prophétique, selon le mot du cardinal Turkson, de la réflexion contemporaine de l’Église sur l’écologie. Continuer la lecture de « Ecologie : des papes antimodernes »

Délit d’entrave à l’IVG : une atteinte grave à la démocratie

Peu porté à prendre la parole sur les questions politiques sensibles, Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France, a pourtant écrit à François Hollande pour lui faire part de sa vive préoccupation au sujet de la proposition de loi « relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse ». Dans cette lettre rendue publique le 28 novembre, l’archevêque de Marseille accuse une « mise en cause des fondements de nos libertés ».

JAMAIS en France, le droit à la vie n’a paru aussi lié à la liberté de conscience et d’expression qu’avec le projet socialiste liberticide du délit d’entrave numérique à l’IVG. Le droit à la vie est le premier des droits, disait St Jean-Paul II, mais la liberté de conscience, précisait-il, est la base de tous les droits. Le gouvernement socialiste s’attaque aux deux. Les évêques de France ont raison d’y voir une remise en cause gravissime de deux principes fondamentaux de la société libre. Continuer la lecture de « Délit d’entrave à l’IVG : une atteinte grave à la démocratie »

Priorité : libérer la créativité et la culture, les vraies ressources de la France

Tous les programmes politiques visant à redresser la France échoueront s’ils ne libèrent pas les deux véritables ressources à exploiter pour le redressement de la France : ses gisements de créativité et son réservoir de sympathie à l’étranger.

APRES avoir organisé l’Audit de la France, destiné à présenter aux Français l’état réel du pays, le prochain gouvernement devra mettre en place une thérapie de choc afin de redonner de l’énergie à une nation fatiguée. Le gouvernement pourra alors exploiter deux ressources pratiquement inépuisables et actuellement laissées dans l’abandon absolu. Continuer la lecture de « Priorité : libérer la créativité et la culture, les vraies ressources de la France »

La différence Fillon : garder la tête froide

Six premières leçons du premier tour de la primaire de la droite et du centre. Le pire a peut-être été évité, mais rien n’est jamais acquis.

1/ Le vainqueur autoproclamé se prend une gifle.

L’échec de Nicolas Sarkozy est une demi-surprise. L’écart de François Fillon devant ses concurrents, un véritable étonnement, son passage au deuxième tour n’était pas gagné. La vraie leçon, c’est le score médiocre d’Alain Juppé, que tout l’establishment présentait comme le vainqueur évident, le président virtuel. L’identité heureuse, la tyrannie du consensus et du politiquement correct ont du plomb dans l’aile. Continuer la lecture de « La différence Fillon : garder la tête froide »