Ecologie : des papes antimodernes

A propos de Thomas Michelet op, Les Papes et l’Ecologie (Artège).

POUR DECOUVRIR la pensée de l’Église sur l’écologie, ce livre du dominicain Thomas Michelet fera référence. Depuis cinquante ans, les papes parlent d’écologie. En 1970, Paul VI craint déjà une « catastrophe écologique », et l’inventeur de « l’écologie humaine » est assurément saint Jean Paul II, même si le peuple de Dieu est écologique depuis… la Genèse. Le Fr. Thomas Michelet a choisi comme point de départ de son recueil la constitution Gaudium et Spes de Vatican II, qui n’est pas un texte pontifical au sens strict, mais bien un « point de départ » prophétique, selon le mot du cardinal Turkson, de la réflexion contemporaine de l’Église sur l’écologie. Continuer la lecture de « Ecologie : des papes antimodernes »

Délit d’entrave à l’IVG : une atteinte grave à la démocratie

Peu porté à prendre la parole sur les questions politiques sensibles, Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France, a pourtant écrit à François Hollande pour lui faire part de sa vive préoccupation au sujet de la proposition de loi « relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse ». Dans cette lettre rendue publique le 28 novembre, l’archevêque de Marseille accuse une « mise en cause des fondements de nos libertés ».

JAMAIS en France, le droit à la vie n’a paru aussi lié à la liberté de conscience et d’expression qu’avec le projet socialiste liberticide du délit d’entrave numérique à l’IVG. Le droit à la vie est le premier des droits, disait St Jean-Paul II, mais la liberté de conscience, précisait-il, est la base de tous les droits. Le gouvernement socialiste s’attaque aux deux. Les évêques de France ont raison d’y voir une remise en cause gravissime de deux principes fondamentaux de la société libre. Continuer la lecture de « Délit d’entrave à l’IVG : une atteinte grave à la démocratie »

Priorité : libérer la créativité et la culture, les vraies ressources de la France

Tous les programmes politiques visant à redresser la France échoueront s’ils ne libèrent pas les deux véritables ressources à exploiter pour le redressement de la France : ses gisements de créativité et son réservoir de sympathie à l’étranger.

APRES avoir organisé l’Audit de la France, destiné à présenter aux Français l’état réel du pays, le prochain gouvernement devra mettre en place une thérapie de choc afin de redonner de l’énergie à une nation fatiguée. Le gouvernement pourra alors exploiter deux ressources pratiquement inépuisables et actuellement laissées dans l’abandon absolu. Continuer la lecture de « Priorité : libérer la créativité et la culture, les vraies ressources de la France »

La différence Fillon : garder la tête froide

Six premières leçons du premier tour de la primaire de la droite et du centre. Le pire a peut-être été évité, mais rien n’est jamais acquis.

1/ Le vainqueur autoproclamé se prend une gifle.

L’échec de Nicolas Sarkozy est une demi-surprise. L’écart de François Fillon devant ses concurrents, un véritable étonnement, son passage au deuxième tour n’était pas gagné. La vraie leçon, c’est le score médiocre d’Alain Juppé, que tout l’establishment présentait comme le vainqueur évident, le président virtuel. L’identité heureuse, la tyrannie du consensus et du politiquement correct ont du plomb dans l’aile. Continuer la lecture de « La différence Fillon : garder la tête froide »

Le diable Trump tiendra-t-il ses promesses ?

Trump élu, à qui la faute ? On attend l’examen de conscience de l’ensemble de la classe politique et de tous les détracteurs du milliardaire. En attendant, que peut-on espérer des promesses d’un président fantasque, élu par défaut ?

LA PESTE CLINTON ou le choléra Trump ? Les Américains ont tranché : ce ne sera pas la peste [1]. Ce sera le changement. Car s’il y a un premier responsable à l’élection de Trump, c’est Barack Obama et son bilan, et s’il y en a une seconde, c’est Hillary Clinton. Il est facile d’accuser Trump de tous les maux, mais s’il est aux portes de la Maison Blanche, c’est bien parce que l’ensemble de la classe politique lui a préparé la place en se rendant insupportable à la majorité des électeurs. L’heure devrait être à l’examen de conscience. Continuer la lecture de « Le diable Trump tiendra-t-il ses promesses ? »

Crèches culturelles et crèches incultes

Le Conseil d’État a autorisé, mercredi 9 novembre, l’installation de crèches de Noël dans les bâtiments publics, à des conditions alambiquées. Pour avoir droit de cité, une crèche doit être culturelle, laïque et sans histoire (sainte).

LE CONSEIL D’ETAT juge que l’installation temporaire d’une crèche à l’initiative d’une personne publique, dans un emplacement public, est légale si elle présente un « caractère culturel, artistique ou festif, mais non si elle exprime la reconnaissance d’un culte ou une préférence religieuse ». Continuer la lecture de « Crèches culturelles et crèches incultes »

Victoire de Trump : l’onde de choc géopolitique sera mesurée

L’élection de Donald Trump était tout à fait envisageable et il était d’une grande légèreté de ne pas en anticiper les conséquences géopolitiques, qui pouvaient bouleverser les relations internationales. Mais la nouvelle donne ne sera pas si considérable, d’après les géopoliticiens Thomas Flichy de La Neuville et Gregor Mathias (Paris IV-Sorbonne), et Olivier Hanne (Aix-Marseille).

DANS L’Abolition de l’esclavage paru en 1861, en pleine guerre de Sécession, le Français Augustin Cochin s’exclamait à propos du système politique américain : « La patrie de Franklin semble devenue le tréteau de M. Barnum [1]. » À moins que l’on découvre des manipulations électorales, comme les deux candidats le laissaient craindre durant la campagne, Donald Trump sera bien élu président des États-Unis. Quels seront les grands axes de sa politique et dans quel cadre international gouvernera-t-il ? Continuer la lecture de « Victoire de Trump : l’onde de choc géopolitique sera mesurée »

Saint Paul contre les identitaires ?

L’épître du jour (Philippiens 3, 3-8) m’inspire cette réflexion sur l’identité, sujet à la mode de chez nous.

ON CONNAIT le fameux « Il n’y aura plus ni Juif, ni Grec, ni esclave, ni homme libre… » (Gal, 3-28) sur lequel on commet beaucoup de contresens, considérant l’unité dans le Christ comme un mythe politique quand il s’agit d’une réalité spirituelle. Paul dit un peu la même chose aux Philippiens, sous une autre forme. « J’aurais des raisons de placer ma confiance dans la chair » écrit-il donc (Ph 3, 3). Ici, pour l’apôtre, la chair, ce n’est pas le désir charnel, c’est l’identité visible, reçue et vécue comme un privilège. Ce qui à la fois vous marque, vous oriente, vous rassure, vous détermine. Continuer la lecture de « Saint Paul contre les identitaires ? »

Cardinal Robert Sarah : « Vous êtes le présent et le futur de l’Europe et de l’Église »

Document | Homélie de la messe du pèlerinage de Vézelay des routiers Scouts d’Europe, 31 octobre 2016, lundi de la XXXIe semaine dans l’année liturgique. « Ne vous laissez pas entraîner par une Europe ivre de ses multiples idéologies qui ont fait beaucoup de mal à toute l’humanité. »

« TOUT D’ABORD, permettez-moi de saluer respectueusement avec affection et gratitude Mgr Hervé Giraud, votre évêque, qui me donne la joie de prendre part à ce grand pèlerinage et m’autorise à présider cette eucharistie. Je voudrai lui dire un grand merci à lui et à son clergé, pour cet acte de communion. En même temps que je célèbrerai cette eucharistie aux intentions des routiers Scouts d’Europe et de leurs familles, je célèbre cette eucharistie pour Mgr Hervé Giraud, pour son clergé et son diocèse. Continuer la lecture de « Cardinal Robert Sarah : « Vous êtes le présent et le futur de l’Europe et de l’Église » »

En Syrie, François Hollande fait encore le choix de la guerre

« Les bonnes âmes qui demandent aujourd’hui un cessez-le feu à Alep, demandent en fait la poursuite de la guerre et la poursuite des souffrances du peuple syrien. »

VOILA CINQ ANS que dans, dans l’affaire syrienne, la diplomatie française est à la fois ridicule et criminelle. Ridicule parce qu’elle se réduit, avec Hollande encore plus qu’avec son prédécesseur, à un alignement aveugle sur la diplomatie américaine dominée par les néoconservateurs. Alignement et même surenchère, pas sur le terrain car nous n’en avons pas les moyens, mais dans les enceintes internationales. On se souvient de Fabius déclarant que Assad « ne méritait pas de vivre » ! La rupture totale des relations diplomatiques avec la Syrie en 2012 nous a privé de moyens essentiels tant pour lutter contre le terrorisme que pour diversifier notre action comme il sied à toute diplomatie compétente, ce que n’est plus la nôtre. Continuer la lecture de « En Syrie, François Hollande fait encore le choix de la guerre »