Benoît XVI à Ratisbonne : une critique de la raison occidentale

Le discours de Benoît XVI devant les universitaires de Ratisbonne a été interprété comme une insulte à l’islam, accusé de violence et de déraison. Mais le sujet principal du pape est ailleurs : sa réflexion est une critique de la raison moderne et secondairement, des dérives du monde chrétien quand il se coupe de la raison. Pour le dialogue entre les cultures et les religions, il faut revenir à la raison. Le message vaut d’abord pour l’Occident, et les catholiques eux-mêmes.

Benoît XVI croyait-il si bien dire ? C’était à l’université de Ratisbonne, le 12 septembre, devant un prestigieux parterre d’universitaires représentant le monde intellectuel. Le pape évoque l’union entre foi et raison, et l’enjeu de cette perspective pour la paix entre les civilisations. Continuer la lecture de « Benoît XVI à Ratisbonne : une critique de la raison occidentale »

Charles de Foucauld : « Les musulmans peuvent-ils devenir français ? »

[Document] — À la veille de la béatification du Père Charles de Foucauld, il m’a été donné de relire l’original d’un document peu connu, une lettre écrite par le saint ermite à René Bazin, dans la maison de l’écrivain lui-même, qui se trouve être un aïeul de ma femme. L’académicien sera l’auteur de la première — et indépassable — biographie de Foucauld. Oui, quoi qu’on ait dit, celui-ci voulait évangéliser les Touaregs. Sa méthode : inspirer confiance par l’exemple d’une vie droite et généreuse, « préparer la voie ». Relire Foucauld n’est pas anachronique, même s’il écrit avec les catégories de son temps : l’homme fut un mystique, mais un mystique incarné, un intellectuel précis. Quand l’intégration des musulmans à la société française ne cesse de créer des situations de plus en plus dramatiques, il est bon de retenir le message du « frère universel » qui, déjà, appelait les Français à être davantage chrétiens. PSG

10 novembre 2005
JESUS CARITAS,
Tamanrasset, par Insalah, via Biskra, Algérie, 29 juillet 1916*.

« Monsieur, je vous remercie infiniment d’avoir bien voulu répondre à ma lettre, au milieu de tant de travaux, et si fraternellement. Je pourrais, m’écrivez-vous, vous dire utilement la vie du missionnaire parmi les populations musulmanes, mon sentiment sur ce qu’on peut attendre d’une politique qui ne cherche pas à convertir les musulmans par l’exemple et par l’éducation et qui par conséquent maintient le mahométisme, enfin des conversations avec des personnages du désert sur les affaires d’Europe et sur la guerre. Continuer la lecture de « Charles de Foucauld : « Les musulmans peuvent-ils devenir français ? » »

Les principes non-négociables

L’Eglise soutient que des « principes non-négociables » constituent le socle fondateur de toute société libre. Ces normes universelles ne sont pas des slogans programmatiques, mais des guides pour l’action.

EN MATIERE POLITIQUE, quand il s’agit de choisir et de s’engager, l’Église n’impose pas de solutions, a fortiori de solutions uniques, en raison de l’autonomie de l’ordre temporel. En effet, celui-ci est régi par des impératifs sur lesquels l’Évangile n’apporte pas de solution toute faite. Le champ de l’Église est l’absolu ; le champ du politique est relatif. Continuer la lecture de « Les principes non-négociables »

Note doctrinale sur l’engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique

DOCUMENT | Les effets sociaux d’une conception relativiste du pluralisme sont tels que les catholiques ne peuvent plus prendre le risque de brouiller les consciences avec des compromis hasardeux. La vie chrétienne commande de défendre par son exemple, de manière juste, cohérente et proportionnée, la finalité éthique de l’ordre politique. Voici le document de référence des catholiques sur leur responsabilité dans la cité. Voulu par le pape Jean-Paul II, il a été signé par le cardinal Razinger en novembre 2002. Continuer la lecture de « Note doctrinale sur l’engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique »