Le pape et l’immigration : à chacun ses responsabilités

Pourquoi les propos du pape sur le phénomène migratoire sont toujours compris de travers. La responsabilité de l’Église ne se substitue pas à celle des États.

LE GAGNANT de la petite phrase provocation de l’été est à nouveau le pape François. Mais la provocation est moins dans ses propos, constants dans leur appel à l’accueil généreux des migrants, que dans l’indignation qu’elle suscite sur la foi d’une erreur tout aussi constante sur la nature de son autorité.

Le propos qui fâche est extrait du message pontifical pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2018, rendu public le 21 août. « Le principe de centralité de la personne humaine, dit-il, nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale. » Considérer que le pape méprise le droit des nations à se protéger est absurde.

Tout d’abord, il n’entre pas dans la confusion malheureuse chez de nombreux chrétiens entre l’universel religieux (eschatologique) et l’universel politique. Tout simplement parce que son message n’est pas politique : il est pastoral, comme il l’indique, et relève du devoir de charité de l’Église, même s’il invoque la nécessité d’une « contribution » de la communauté politique et de la société civile.

Une question éthique pas religieuse

Le message du pape n’est pas eschatologique au sens où le religieux aurait autorité sur le politique. L’Église n’a pas pour mission d’organiser le monde politique, et la politique n’est pas appelée à réaliser le Royaume de Dieu. Ce serait dans les deux cas du totalitarisme obtus, païen et mythologique. Son message est d’ordre spirituel pour les chrétiens et moral pour tous.

« Le royaume de Dieu n’est pas une norme ‘politique’ de l’action politique, mais une règle ‘morale’ de cette action, expliquait le théologien Ratzinger [1]. Le politique est soumis à des règles morales, même si la morale comme telle n’est pas la politique, ni inversement si le politique comme telle n’est pas la morale. Autrement dit : le message du royaume de Dieu a une signification pour le politique, non sur le plan de l’eschatologie, mais sur le plan de l’éthique politique. »

Or la morale procède de la raison. Par définition, la morale ne remet pas en cause la souveraineté du politique qui a ses contraintes propres et elle appelle la vertu de prudence.

Ce message moral est-il dangereux pour les nations ? Restant sauve la liberté responsable des États, en fonction de leur situation particulière respective, il n’est pas difficile de comprendre qu’il ne peut y avoir sécurité des nations sans sécurité des plus faibles, quels qu’ils soient (migrants « contraints » de s’exiler, nationaux en situation précaire ou fœtus indésirés) : le principe est moral, et la politique n’a pas le pouvoir de décider du bien et du mal moral.

C’est pour le bien des peuples avant tout que le pape recommande d’humaniser la politique migratoire. Nulle part, il ne sacrifie le droit des nations, a fortiori en opposant les droits des uns aux droits des autres. D’un côté, il appelle à l’effort et même à l’inconfort, mais pour ce qui les concerne, c’est aux autorités politiques souveraines de prendre leurs responsabilités.

Funeste moralisme

La difficulté récurrente est que les catholiques — conservateurs en particulier — pratiquent un moralisme funeste (la morale = l’application autoritaire des principes) et ont une conception cléricale de la parole de l’Église. Le raisonnement est le suivant : ce que le pape dit est parole d’Évangile, donc doit être exécuté urbi et orbi et notamment par toutes les autorités, qu’elles soient spirituelles ou politiques ; or ce que dit le pape n’est pas applicable dans toutes les circonstances, donc le pape se trompe, donc il est critiquable. L’autorité religieuse étant revêtue de la toute-puissance, elle est diabolisée quand elle ne répond pas à toutes les situations. Ce qui vaut au pape d’être traité avec violence comme un hérétique illuminé.

La bonne hygiène intellectuelle pour recevoir les paroles du pape sur les sujets de portée temporelle est donc de commencer par faire la part des choses, de ne pas confondre les principes et l’action, et de distinguer sans les opposer la responsabilité respective de chacun.

Cela signifie-t-il que le pape se trompe jamais ? Certes non, et l’histoire a montré que les papes étaient des hommes. Dieu a permis qu’ils puissent se tromper. Ayons la simplicité de reconnaître que les fidèles eux-mêmes qui s’attribuent le droit de le critiquer, y compris dans leur domaine propre, peuvent aussi ne pas être infaillibles.

Bien des propos du message pontifical dérangent et sont discutables, mais le chrétien devrait s’appliquer à en tirer le meilleur, en distinguant ce qui relève des principes et ce qui relève des moyens proposés au jugement pratique des responsables concernés. Qu’il y ait des tensions borderline sur les compétences des uns et des autres, ce n’est pas nouveau : l’histoire de l’humanité est traversée par les empiètements des pouvoirs spirituel et temporel ; cela ne justifie aucunement les anathèmes hystériques provoqués par les confusions en tout genre.

Les migrants « contraints » de s’exiler

Voyons par exemple quelques-uns des points chauds du document pontifical :

1/ Le sujet du texte est le migrant et le réfugié défini comme « tout être humain contraint à quitter sa patrie ». Contraint. Cela peut prêter à mille interprétations, mais cela ne veut pas dire que le pape encourage les migrations. D’ailleurs, il parle d’emblée des possibilités de retour et plus loin de rapatriement.

2/ Sur la sécurité : la sécurité nationale ne peut pas reposer sur l’insécurité des migrants et des réfugiés, c’est du bon sens. Cela ne veut pas dire que la sécurité des migrants doit se faire sur le dos de la sécurité des nationaux, et que les nationaux en situation précaire doivent passer après : le pape a-t-il dit cela ?

3/ Sur la citoyenneté recommandée pour favoriser l’intégration des migrants : le pape argentin parle au monde entier, et pas seulement aux États-nations monolingues, ce qui doit relativiser le problème. L’idée est que la citoyenneté administrative peut favoriser l’intégration, donc l’apprentissage de la langue. Aux autorités publiques de trouver les modalités qui entraînent l’intégration, pas la désintégration.

La liberté de l’Église

L’Occident en guerre n’a rien à attendre d’une guerre intestine des chrétiens entre eux pour affaiblir le chef des catholiques qui rappelle seulement que la politique n’a pas autorité sur la morale, que l’Église est libre de le dire, et qu’elle a le devoir de panser les blessures dues aux bêtises humaines des politiques égoïstes et irresponsables. Si l’Église était écoutée, nous n’aurions pas ces désordres migratoires.

Publié par Causeur.fr le 5 sept. 2017.

 

[1] Joseph Ratzinger, La Mort et l’Au-delà, « Le problème eschatologique ou l’essence du christianisme », Fayard, 1994, p. 67.

 

2 pensées sur “Le pape et l’immigration : à chacun ses responsabilités”

  1. Cher monsieur,
    Vous avez sans doute raison, mais le vrai problème c’est que les cathos comprennent mal ce message et on les comprend…
    Moi aussi je trouve que le pape abuse… et ses propos seront repris comme tel par les mondialistes… les médias et les cathos gauchos, etc.
    Le pape n’a qu’à être clair sans qu’il faille faire une exégèse philosophique à chacune de ses paroles… parce que tout le monde n a pas le temps pour ça… donc ses propos sont trop ambigus et c’est normal que ça fâche… moi je ne souscris pas à ses paroles.
    Cordialement vôtre

  2. C’est difficile d’être le pape, parce qu’il n’y a pas d’alter ego, dans aucune autre religion, personne avec qui il puisse être comparé. Il est bien le pape de la planète, l’unique et le seul. Et en proposant aux Chrétiens cette attitude au service de l’étranger en situation d’asile politique, il ne dit rien de scandaleux, ou plutôt il nous rappelle le scandale de l’évangile, la sainte famille refoulée d’une auberge, et le fils de Dieu soupçonné de fomenter une révolte et lynché comme un esclave.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *