Applaudissez : Auguste Macron entre en scène

Auguste ? Un caméléon changeant de couleur, tour à tour pâle, rouge, noir, et puis après charmant comme Vénus (Julien l’Apostat). Pendant que la tyrannie se fortifiait, on ne parlait que de liberté (Montesquieu).

PLAUDITE, acta est fabula. « Applaudissez, la pièce est jouée. » Tels auraient été les derniers mots prononcés par l’empereur Auguste avant de succomber à une figue empoisonnée. Cet homme énigmatique qui avait pris un soin jaloux à ne jamais définir le régime nouveau qu’il instaurait fut décrit a posteriori par Julien l’Apostat comme un « caméléon changeant de couleur, tour à tour pâle, rouge, noir, et puis après charmant comme Vénus ».

Fils de banquier, Octave-Auguste avait été introduit progressivement par César sur la scène publique. Il apparut chevauchant à ses côtés lors de son triomphe pour ses victoires en Afrique le 15 juillet 46. Mais à cette époque, personne ne le prenait encore véritablement au sérieux.

L’art de se rendre maître des foules

Auguste en profita pour gagner la confiance de certains partisans de César, qui, pour la plupart, ne voyaient en lui qu’un jeune héritier fragile et facile à manipuler.

Sans doute ignoraient-ils qu’Auguste avait l’art de se rendre maître des foules : lors des festivités marquant la mort de César, Auguste parvint à se servir habilement de l’apparition d’une comète, pour faire croire au peuple qu’il s’agissait de la manifestation de l’âme de César rejoignant le domaine des dieux avant de le désigner pour héritier.

La tyrannie sous la liberté

C’est ainsi que cet éternel trentenaire prit le pouvoir pour ne jamais le rendre. Il se prétendit ami de la concorde, faisant bâtir à grand frais le Temple de la paix de 13 à 9 avant J.-C.

Pourtant, jamais homme ne se livra davantage à la guerre. Sous son règne, l’état d’urgence permanent fut instauré. Auguste, prétendit rendre la liberté à la République pour mieux vider ses institutions de leur substance.

Dans une Rome profondément divisée entre Optimates et Populares, Auguste, instaura une dictature déguisée au cours de laquelle la plupart des citoyens furent dupés. Aussi n’est-il pas inutile de rappeler un mot de Montesquieu à son égard : « Pendant que sous Auguste, la tyrannie se fortifiait, on ne parlait que de liberté. »

 

 

Auteur : Thomas Flichy de La Neuville

Professeur à l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan.

1 pensée sur “Applaudissez : Auguste Macron entre en scène”

  1. … c’est un regard issu du paganisme… qui a sa valeur, mais la prière peut faire des miracles ! Saint Pierre demande de prier pour ceux qui ont reçu l’autorité de l’Etat, dans la liturgie byzantine cette prière est liturgique et quotidienne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *