Le Pape et les barbares

Quand le pape dit qu’il ne fait pas de politique, il ne fait pas de politique.

Trois ans après son élection au siège de Pierre, le pape François dérange toujours. En France, il y a de plus en plus d’esprits forts pour expliquer que le successeur de Benoît XVI ne comprend rien au monde en général et à la politique en particulier. Le gallican est plus protestant que catholique. Il est propriétaire de la parole du pape. Si celui-ci dérange l’adversaire, ça va, s’il dérange ses petites certitudes, ça va pas. Quand des chrétiens revendiqués collent aux réactions mondaines des faiseurs d’opinion pour expliquer que le pape se trompe, sans vérifier leurs sources, en extrayant des petites phrases hors contexte, reprises à la volée, c’est malsain et aussi peu catholique que possible.

Continuer la lecture de « Le Pape et les barbares »

Des intellectuels catholiques prennent position contre Donald Trump

Emmenés par George Weigel, le biographe de Jean-Paul II, des intellectuels catholiques américains appellent à voter contre le candidat républicain.

Leur lettre ouverte publiée par The National Review ne s’oppose pas aux préoccupations légitimes de ses partisans, mais attire l’attention sur la duplicité du personnage. Son élection mettrait directement en péril les causes chères aux catholiques américains. Continuer la lecture de « Des intellectuels catholiques prennent position contre Donald Trump »

Bienvenue sur Conscientia.fr

Bienvenue sur mon blog ! La responsabilité politique de la foi.

PSG_28-1Après quinze années de direction éditoriale sur le web, je me livre désormais à l’exercice du blog personnel. L’objectif est modeste : offrir quelques réflexions qui n’engagent que moi au gré de l’actualité, diffuser des documents de référence et des textes amis pour nourrir la discussion. Le fil directeur de ce blog ? La responsabilité politique de la foi, dans le sillage de l’enseignement social des papes Jean-Paul II, Benoît XVI et François. Continuer la lecture de « Bienvenue sur Conscientia.fr »

Unions civiles : le pape pense ce que dit l’Eglise

Il est prêté au pape François une petite phrase de soutien aux « unions civiles sans filiation ». Un propos qui n’engage apparemment que ceux qui l’ont entendu. Continuer la lecture de « Unions civiles : le pape pense ce que dit l’Eglise »

Le pape et le démagogue

Sur la passe d’armes entre le pape François et le candidat Trump.

Trump crossé par le pape, pourquoi s’en étonner ? Au cours de sa conférence de presse à bord de son avion de retour de Mexico, le pape a déclaré : « Une personne qui ne pense qu’à construire des murs, où qu’ils soient, et non des ponts, n’est pas chrétienne. Ce n’est pas l’Évangile. » Continuer la lecture de « Le pape et le démagogue »

L’Etat, le peuple et l’orthographe

A propos de la réforme de l’orthographe, abusivement attribuée à l’Académie, signe de la démesure politique.

L’obstination mise à casser l’orthographe ne tient pas seulement à la volonté de la rendre facile, au prétexte que le principe exigeant de la « règle » serait la marque d’une société coincée et inégalitaire. Il s’agit de casser ce qui se transmet, ce qui se reçoit. De montrer que rien ne résiste au pouvoir de l’Etat. L’orthographe ne doit plus apparaître (avec un î) comme un donné objectif, commun, « métapolitique ». Elle doit se pratiquer à l’instinct, et à l’instinct obligatoire : le ministère de l’Education nationale – qui se réfugie abusivement derrière l’Académie – est en train d’inventer l’orthographe animale. Continuer la lecture de « L’Etat, le peuple et l’orthographe »

Les principes non-négociables du pape François

Réponse à Isabelle de Gaulmyn (La Croix) sur les « principes non-négociables ».

Sur son blog, la journaliste de La Croix Isabelle de Gaulmyn revient sur la manifestation monstre du Family Day romain (1 à 2 millions de personnes !) en croyant comprendre que le pape François a mis fin à l’approche politique des papes Jean-Paul II et Benoît XVI, fondée sur les principes « non-négociables ». Avec le pape François, « on ne construit plus des murs », on dialogue, on fait des compromis… Continuer la lecture de « Les principes non-négociables du pape François »

Euthanasie : ce qui va se passer

Le texte adopté en commission mixte paritaire sur la proposition Claeys-Leonetti le 21 janvier instaure un « droit de dormir avant de mourir ». Qu’en termes policés ces choses-là sont dites : ne dites plus « euthanasiez » ou « aidez au suicide », mais « endormez définitivement » ; ne dites plus « j’ai le droit de donner la mort », mais « j’ai l’obligation de soulager la souffrance », selon les mots mêmes de Jean Leonetti (Figaro, 21/01). Tugdual Derville dénonce le « flou dangereux de ce consensus au forceps » et il a raison. Continuer la lecture de « Euthanasie : ce qui va se passer »

Syrie : le camp du bien a menti

Les attaques au gaz contre les civils, qui ont failli déclencher une guerre mondiale, n’étaient pas dus au coupable désigné.

EN JANVIER 2014, des experts du MIT (Massachusetts Institute of Technology) avaient démenti que l’attaque à l’arme chimique de Ghuta un an plus tôt dans la banlieue de Damas ait été perpétrée par l’armée syrienne. Ce massacre était à l’origine des appels à la guerre de François Hollande. Dieu merci, les Américains n’étaient pas chauds, malgré leur rôle dans la propagande anti-Assad. Continuer la lecture de « Syrie : le camp du bien a menti »

Les chantiers de jeunesse de François Hollande

L’embrigadement de la jeunesse à la mode socialiste.

FH-TVL’annonce faite par François Hollande lors de ses vœux « à la jeunesse et aux forces de l’engagement (sic) » à la Maison de la Propagande (pardon, de la Radio) le 11 janvier fait frémir. En deux mots, il s’agit de la programmation du suivi socialo-républicain des jeunes Français. Pour être diplômé, il faudra passer par les chantiers de la République. Laval l’avait rêvé, Hollande l’a fait. Continuer la lecture de « Les chantiers de jeunesse de François Hollande »